Pré-adolescents

De 9 à 12 ans

9782742757718C’est la vie, mes chéris ! Eglal Errera (Auteur), Renaud Perrin (Illustrations), Actes Sud Junior, 2005
À genoux devant la cheminée, Nayra enfournait l’un après l’autre ses macarons. Je ne l’avais pas vue manger avec autant de plaisir depuis que sa maman nous avait quittés. Tout d’un coup, Marina s’est arrêtée net de manger et a couru vers la porte pour voir passer Maurice. Mais son amoureux n’était pas seul… Marina a alors éclaté en sanglots…

cahouradieuAdieu Benjamin, Chantal Cahour et Anne Romby, Editions CASCADE, 2009

 » Benjamin est mort, renversé par un chauffard.  » Un jour d’octobre, la vie de Sophie bascule dans le chaos. La mort brutale de son petit frère bouleverse la famille. Les repères de chacun volent en éclats. Face à la détresse de ses parents, Sophie doit prendre en main les rênes de la maisonnée. Un rôle bien lourd pour une adolescente, qui doit aussi affronter son propre chagrin. Mais le souvenir de son frère la pousse en avant : au bout du chemin, il y a l’espoir, l’amitié… peut être même l’amour !

ressounimortCe matin, mon grand-père est mort, Karim Ressouni-Demigneux (Auteur), , Daniel Maja (Illustrations), Roman du Monde
Le narrateur a onze ans et son grand-père vient de mourir, il était tailleur de pierres tombales mais a choisi de se faire incinérer; la famille, plutôt restreinte, se retrouve au crématorium, et le petit garçon raconte le détail des opérations et la réaction des membres de la famille. Son regard, qui pourrait sembler naïf, est en réalité très lucide et il porte un regard sans complaisance sur le monde des adultes, particulièrement sur sa grand-mère, qui n’a pas toujours été tendre avec son mari. Pourtant, ce sont les bons souvenirs qui lui reviennent en mémoire, et le petit garçon, en évoquant son grand-père, lui rend un hommage très touchant. Les illustrations de Daniel Maja, accompagnées de légendes, évoquent tous ces moments de complicité entre le petit-fils et son grand-père.

45666Quelques minutes après minuit, Patrick Ness, Jim Kay, Gallimard Jeunesse

Bouleversant roman, Quelques Minutes après minuit (minuit et sept minutes pour être précis, c’est l’heure à laquelle apparaît l’Homme Vert et aussi à laquelle se dénoueront bien des choses) est issu d’une idée originale de SIOBHAN DOWD, elle-même trop tôt disparue pour l’écrire. C’est donc certainement avec beaucoup d’émotion que Patrick Ness, d’une plume brûlante sous les mots neutres, l’a reprise et menée à son terme. Afin d’éviter un effet trop larmoyant, il a introduit le fantastique et l’effroi, ainsi que des histoires dans l’histoire ponctuant le quotidien de Conor. Le temps des récits enchâssés, on oublie presque le cancer de la mère qui progresse à grande vitesse. Brodant sur des contes merveilleux, ces histoires ont en fait une portée philosophique en rapport direct avec la vie de Conor. Les symboles, d’abord trop subtils pour Conor, deviendront limpides vers la violente et belle fin. Beaucoup trop tôt jeté dans le monde des adultes, le garçonnet va aussi devoir apprendre à composer rapidement avec la personnalité de sa grand-mère, qui passera alors de l’hyper-contrôle à l’expression franche de son chagrin. Chacun fait comme il peut, l’essentiel étant de ne pas se voiler la face à l’instar de l’inconsistant ex-mari, semble nous dire l’if… A l’encre noire et blanche qui déborde, griffe, frotte, les illustrations saisissantes et insaisissables à la fois encadrent bien l’esprit torturé de l’ouvrage. Il est même difficile de poser des mots critiques sur le roman, qu’on voit parfaitement prétexte à débat avec des jeunes à partir de 11-12 ans.