L’Edito

Penser le deuil, ça vaut le coût !

Nous sommes tous concernés : vie et deuil ne font qu’un.

Chaque personne a dans son entourage un proche décédé, que ce soit par maladie, suicide, accident, attentat. La douleur est connue de tous et le deuil fait peur. Il est difficile de se distancier, de penser pouvoir agir pour soutenir, prévenir.

4 français sur 10 vivent un deuil actuel fin 2016. Or les effets du deuil sont objectivés par deux études récentes : OCIRP/IFOP et CSNAF/CREDOC auxquelles Empreintes a contribué.

Le deuil a un coût sociétal, sanitaire, social, scolaire :
  • 1 tiers des français interrogés se sentent au début de leur chemin de deuil, 5 ans après le décès.
  • 35 % ont vu leur santé altérée, notamment par un épuisement physique ;
  • 29 % des actifs endeuillés ont dû interrompre leur travail durant plus d’un mois ;
  • 77 % des élèves orphelins ont vu un impact négatif sur leur scolarité
  • et 49 % sur leur santé…
Etre accompagné , ça vaut le coup !
  • 3 % des répondants seulement ont bénéficié d’un soutien associatif, sur lesquels 96 % ont trouvé ce soutien irremplaçable.

Les risques de complications du deuil sont connus, repérés, mais les personnes ne sont ni soutenues, ni orientées vers un soutien adapté. Le Dr Christophe Fauré l’a affirmé lors du colloque au Sénat le 4 octobre 2016 : « les associations ont un rôle déterminant à jouer, elles doivent être mieux soutenues par les pouvoirs publics, plus visibles, mieux reconnues ».

Empreintes là dedans ?

Empreintes née Vivre son deuil continue depuis 22 ans à être témoin de l’impact du deuil, à le démontrer, et à constater l’absence de véritable politique de prévention des deuils compliqués et du suicide des personnes en deuil. Son projet est de mettre en œuvre une nouvelle vision sociétale du deuil.

La spécificité d’Empreintes :
  • une connaissance et un accompagnement non clivé des deuils dans la vie de chacun, qui peuvent être multiples et divers ;
  • un soutien adapté pour toute personne en deuil quel que soit son âge ;
  • son encrage inter associatif autour du deuil, des soins palliatifs, de la prévention du suicide ;
  • son label organisme de formation avec des intervenants de qualité.

Empreintes, avec ses 15 administrateurs, 15 bénévoles, 8 psychothérapeutes vacataires et deux salariées court, crée, invente, développe.

La fragilité d’Empreintes :

L’accompagnement a un coût, faible au regard du coût sociétal. Et plus Empreintes rayonne, moins ses financements se consolident. Un travail d’équilibriste entre agir et construire, au cœur de cette année 2017 avec un nouveau plan stratégique et de levée de fonds à suivre…

Retrouvez sur le site Empreintes les études CNSAF/CREDOC et OCIRP/IFOP. Des mines de données actualisées et de nouveaux éclairages.

Marie Tournigand, Déléguée Générale