Parentalité et deuil

Présentation

Les Empreintes vertes sont des rencontres destinées aux parents, aux mères et/ou aux pères d’enfants ou d’adolescents face à un deuil (que ce soit suite au décès d’un conjoint, d’un enfant, d’un proche…). Elles offrent un temps d’information sur le deuil dans la famille et d’échange d’expériences autour de différents thèmes : vécu du deuil chez l’enfant et  l’adolescent, parentalité à travers le deuil, singularités pour les pères et les mères… Elles sont animées par une psychologue intervenant auprès de la famille, autour des situations de crise, formée au deuil.

Les Empreintes vertes sont des groupes constitués, sur inscription préalable, pour 2 ou 3 rencontres. Y sont inscrits les parents qui le souhaitent :

  • que leur enfant soit (ait été) ou non en atelier enfant ou en groupe adolescent;
  • que le deuil soit ancien ou récent.

Les Empreintes vertes ont lieu le samedi matin de 10h à 12h.

PROCHAINES DATES : VOIR ICI.

Ces Empreintes vertes ont lieu à République, au 170 Rue du Temple 75003 PARIS. Les indications d’accès seront communiquées lors de l’inscription.

Une date de rencontre pour tous les parents ayant participé aux Empreintes vertes sur l’année 2017/2018 sera proposée en fin d’année scolaire.

Conditions de participation :

Inscription : accompagnement@empreintes-asso.com ou par téléphone 01 42 38 07 08. Modalités financières : voir ici.

Objectifs

  • favoriser la rencontre et le partage d’expérience entre parents;
  • apporter un espace soutenant et sécurisé à leur parole;
  • évoquer les difficultés (relationnelles, émotionnelles, matérielles, administratives, organisationnelles) liées à la situation de deuil;
  • proposer quelques repères sur le deuil chez l’enfant chez l’adolescent, sur ses manifestations et sur la place du parent auprès de son enfant.

Exemples de thèmes abordés

  • Comment répondre aux questions de mon enfant ? Comment comprendre ses réactions ou son absence de réaction ? Ses troubles de l’appétit, du sommeil, du comportement en classe… sont-ils « normaux » ? Il se replie sur lui, comment l’aider ?
  • Comment accompagner les adolescents ? Crise de l’adolescence ? Crise liée au deuil ?
  • Comment se faire aider, lorsqu’on devient un papa en deuil ? Comment prendre soin de soi ?
  • Quelles sont les ressources qui vous aident à tenir  tout au long du processus de deuil?

Témoignages

Qu’est-ce que les rencontres parents proposées dans le cadre des ateliers enfants vous ont apporté ?

  • « Des connaissances théoriques sur le deuil de l’enfant. Il m’a rassuré quant aux comportements de mes enfants / mes réactions ».
  • « Un temps de partage ». »Un temps de mise à distance sur des sujets qui restent douloureux. L’occasion aussi de voir les choses différemment par l’expérience racontée par d’autres parents ».
  • « Un peu plus de sérénité ».
  • « Un endroit d’écoute et d’échange ».
  • « J’ai mieux compris ce que vivait mon enfant ».
  • « Lors de ce groupe, je me suis sentie en confiance et comprise ».
  • « Une relation de confiance s’est installée entre parents ».
  • « Des pistes de réflexions, et les discussions entre parents nous ont rapproché encore plus. C’était bien aussi d’avoir une psychologue avec des années d’expériences pour nous guider et répondre à nos questions ».
  • « Comprendre un peu mieux comment les enfants réagissent face au deuil et l’aborder avec eux d’une meilleure façon ».

Qu’est-ce que les rencontres entre pères vous ont apporté ?

Beaucoup de jeunes pères veufs à l’association avaient besoin de s’exprimer, de poser des questions. Les rencontres à Empreintes faciliter la parole entre pères et entre hommes.

« Malgré une inquiétude immense avant la session, j’ai passé un instant (2 heures ressemblaient à un instant) aujourd’hui qui m’a beaucoup aidé. Je ne savais pas quoi attendre de ces deux heures ce que j’en récupère est précieux »..

Regard de la psychologue :

« La rencontre a encore été un moment très intense et riche en émotions et en partage. Il était assez impressionnant d’entendre combien cette rencontre avait été un moment unique pour pouvoir –enfin, pour la première fois, sans jugement- échanger sur leur veuvage. Réaliser à la fois qu’ils n’étaient pas seuls à vivre à vivre ce « tsunami »  et que chacun avait pu  avoir des réactions parfois totalement opposées ».