Accompagner

Toute personne en deuil a droit à un accompagnement

Un soutien extérieur est parfois précieux pour la personne en deuil. Ce peut être le cas lorsque l’aide de l’entourage s’épuise au bout de quelques mois, ou lorsque l’entourage est inexistant ou absent. On estime que 25 % des deuils, dits « compliqués » (environ 100 000 personnes en Ile de France), requièrent un accompagnement spécifique associatif, voire thérapeutique professionnel.

Un fondement législatif de l’accompagnement bénévole

L’accompagnement en soins palliatifs et auprès de personnes en deuil est le seul bénévolat encadré par une loi, qui vise à garantir le droit à l’accès aux soins palliatifs, n° 99-477 du 9 juin 1999 article 10 : « Des bénévoles formés à l’accompagnement de la fin de vie et appartenant à des associations qui les sélectionnent, peuvent (…) apporter leur concours à l’équipe de soins en participant à l’ultime accompagnement du malade et en confortant l’environnement psychologique et social de la personne malade et de son entourage ».

La circulaire 53 relative à l’organisation des soins palliatifs précise que les associations d’accompagnement « inscrivent leurs interventions dans une logique de non-abandon et de non-marginalisation de la personne “en souffrance”, confrontée à la maladie grave, au grand âge, à la mort, au deuil et sont ainsi garantes d’un lien social qui témoigne de la nécessaire solidarité humaine envers la personne malade et ses proches .

Que propose Empreintes ?

  • un accueil ;
  • une écoute active, bienveillante et soutenante ;
  • la possibilité de reconnaître, valider et exprimer ses émotions ;
  • le repérage des particularités du deuil que l’on traverse ;
  • la compréhension du cheminement de deuil et l’écoute des questions ;
  • la prise de conscience de certaines attitudes ou idées reçues douloureuses ;
  • un espace soutenant qui permet de faire le récit, d’épuiser les émotions violentes liées au deuil pour les apaiser ;
  • une orientation vers un professionnel ou une structure plus adaptée lorsque cela est nécessaire.

Les bénévoles Empreintes sont formés et supervisés par leurs associations. Empreintes propose notamment : écoute téléphonique, entretiens individuels ou familiaux, groupes de parole, ateliers enfants, rencontres adolescents, conférences, documentation.

Un groupe de parole peut-être proposé aux endeuillés qui le souhaitent, après entretien individuel. C’est un espace de partage, d’écoute, de questionnement et d’échanges sur ce que chacun vit, au cours de son deuil. Lieu de ressourcement, le groupe de parole et de soutien requiert de la part du participant la capacité d’écouter d’autres endeuillés. Aussi, un certain cheminement préalable dans le deuil s’avère indispensable.

Comment soutenir une personne en deuil ?

Soutenir une personne en deuil c’est d’abord être là. C’est l’écouter, lui permettre de s’exprimer à propos de la personne décédée, leur relation, les circonstances dans lesquelles le décès est survenu… et d’accueillir son ressenti dans toutes ses dimensions physiques, psychiques, sociales, financières.

Les conditions éthiques d’un accompagnement professionnel ou bénévole, liées à la vulnérabilité des personnes en deuil, reposent sur trois axes :

  • respecter la souffrance, ne pas la nier mais la laisser prendre place, sans la faire taire en voulant d’emblée « consoler » ;
  • comprendre, avoir une connaissance suffisante, sur le plan intellectuel, cognitif et sur le plan affectif des états de deuil ;
  • être capable de placer une distanciation intérieure entre son propre vécu et celui de l’endeuillé accompagné.